Economie

Véhicule propre : l’avenir

Un véhicule propre est un véhicule produisant peu ou pas d’émissions polluantes lors de son utilisation. Ces émissions polluantes sont calculées par unité de charge transportée au kilomètre. En pratique, aucun véhicule n’est réellement propre. Tous émettent des polluantes et des gaz à effet de serre lors de leur fabrication, de leur utilisation et de leur fin de vie. On distingue des véhicules zéro émission, qu’on pourrait des fois trouver sur https://www.lcfdriver.com/. Ces types de voitures ci, n’émettent aucune pollution directe, c’est-à-dire, provenant de l’échappement.

Pourquoi une voiture propre ?

Le transport est devenu l’une des premières sources de pollution. Les véhicules automobiles, massivement développés et diffusés au cours du XXème siècle, étaient en effet conçus avant le choc pétrolier de 1973 sur des critères de performance, de confort et de coût. Mais après cette date, en y ajoutant un objectif de faible consommation. Si le virage de 1073 allait dans le sens de l’efficacité, il ne prenait pas en compte la question des émissions nocives. Celle-ci ne sera abordée que vers la fin des années 1970 aux États-Unis avec les les premiers carburant sans plomb en Californie.

A lire en complément : France : Qui paye le plus d'impôts ?

L’avancement du transport terrestre

La notion de transport terrestre avancé est associée au concept de recherche et développement dans le transport durable. Elle inclut la démonstration, la fabrication et l’intégration de techniques innovatrices. Ces techniques améliorent l’efficacité énergétique des véhicules en diminuant la congestion routier, la pollution et les émissions de gaz à effet de serre, en contribuant à améliorer la sécurité et la qualité de vie. Le transport terrestre avancé s’applique notamment aux modes de transport de biens et personnes, les modes collectifs ou partagés étant réputés énergétiquement et environnementalement les plus efficaces. Par ailleurs , il y a aussi les infrastructures optimisées, les équipements intelligents, la gestion intègre et efficace, une règlementation et intégration en amont.

L’impact de la mobilité

A la fin du XXème siècle, les normes d’émissions se sont fortement durcies avec notamment l’introduction des normes européennes d’émissions Euro. Les constructeurs ont donc été incités à réduire les émissions de toxique et de polluants des véhicules. De plus, la prise en compte de l’ensemble de la filière a mis en évidence l’importance des carburants. Mais dans le même temps, le parc automobile et le nombre de kilomètres parcourus augmentent et le poids croissant et la climatisation des véhicules modernes neutralisent les gains de consommation réalisés grâce à l’amélioration des moteurs.

Lire également : Euro : La monnaie qui n'a toujours pas fait ses preuves