Immo

Comment rédiger un compromis de vente entre particulier ?

Le contrat de vente entre particuliers, par exemple, se produit après l’acceptation de l’offre mais avant la signature de l’acte de vente avec le notaire.

Lorsque le vendeur non professionnel et l’acheteur sont parvenus à un accord sur la vente de biens immobiliers, ils signent un accord de vente entre particuliers. Ce document n’est pas obligatoire, mais il est recommandé d’exprimer l’accord mutuel entre le vendeur et l’acheteur et de déterminer les conditions précises dans lesquelles la vente de la propriété sera effectuée ultérieurement. Par conséquent, un contrat de vente entre particuliers peut être signé lorsque le vendeur et l’acheteur sont sûrs de vouloir conclure la vente de la propriété. Cet acte engage définitivement le vendeur et l’acheteur sous réserve du délai de rétractation et du respect des conditions suspensives.

A lire en complément : Quel revenu fiscal de référence pour taxe habitation 2021 ?

L’ accord est conclu par un acte privé, c’est-à-dire un document signé par le vendeur et acheteur, sans l’intermédiaire d’un notaire. Le contrat de vente peut également être « authentique », c’est-à-dire formalisé par un acte notarié. Un contrat de vente entre particuliers doit nécessairement être un acte authentique à condition que la durée de validité de l’engagement dépasse 18 mois. Dans d’autres cas, la signature d’un contrat de vente privé présente l’avantage d’un processus plus souple et plus rapide que la signature d’un acte authentique. C’est aussi moins cher qu’un acte notarié.

Par conséquent, lorsqu’il s’agit de la vente d’une maison, par exemple, le vendeur et l’acheteur peuvent se contenter d’un acte de subsession privé. Cependant, ils devront être très attentifs aux termes de ce document, qui les compromet.

A lire également : Comment calculer les charges supplétives ?

Par conséquent, compte tenu de l’importance de ce document, il est préférable de confier son libellé à un expert en vente immobilière.

Engagement envers les ventes entre particuliers : informations relatives à pièces et biens

Il est recommandé qu’il ne s’agit pas d’une promesse unilatérale de vente, mais d’une promesse synalagmatique.

Désignation des pièces : L’acte doit inclure les coordonnées du vendeur et de l’acheteur.

Désignation de la propriété, sous réserve de l’accord d’achat entre particuliers, à savoir :

  • l’ adresse du bien,
  • l’origine du bien (date de l’acte de vente précédent, nom du propriétaire précédent, acte notarié…),
  • la description détaillée du bien, son équipement et ses annexes (entrepôts, parkings, etc.,
  • l’existence d’une hypothèque et/ou servitude,
  • la destination de la propriété : ce point est important parce que la vente peut être annulée si la propriété ne peut pas remplir sa fonction, par exemple un appartement inlouable.

Accord de vente entre particuliers : les indications spécifiques relatives à la

  • La nature de la vente : espèces ou rente viagère, par exemple.
  • vente

  • Droit de rétractation : le contrat de vente entre particuliers doit nécessairement se rappeler que l’acheteur peut retirer, c’est-à-dire renoncer à l’achat sans aucune obligation envers le vendeur, dans les 10 jours. Cette période commence à courir lorsque vous recevez par lettre de commande avec demande de notification de réception de l’engagement signé.
  • Prix de la propriété : le prix de vente et les conditions de paiement.
  • Immobilisation : Le montant est librement fixé par les deux parties dans une limite de 10% du prix de vente.
  • Date limite de signature de l’acte de vente chez le notaire.
  • Coûts des coûts accessoires : y compris les frais d’inscription pour l’engagement de vendre entre particuliers.
  • Toute situation particulière : par exemple, la vente d’une maison sans une déclaration d’achèvement des travaux, tandis que le travail effectué nécessitait une déclaration de résiliation.
  • Conditions suspensives : Il est recommandé à l’acheteur d’inclure dans l’engagement des clauses suspensives pour s’assurer que la vente se fait sous certaines conditions. Par exemple : obtenir un certificat de planification opérationnelle, ou même obtenir un permis de construire ; le (s) prêt (s) immobilier (s) dont l’acheteur a besoin pour financer l’acquisition…
  • Pièces jointes : Le vendeur doit joindre à l’entreprise un dossier de diagnostic technique, ainsi que des informations spécifiques sur la copropriété s’il s’agit de la vente d’un appartement situé dans une copropriété.

Points de surveillance

Certaines clauses de la convention de vente privée doivent être négociées et rédigées avec la plus grande vigilance. C’est pourquoi il est préférable de recourir à un professionnel pour assurer le meilleur intérêt. Il convient de noter que la vente, dans l’immobilier, est un acte important qui compromet de grandes sommes.

Approvisionnement de capital

Il s’agit d’un montant payé par l’acheteur à l’expiration du délai de rétractation. Il a recommandé qu’il soit remis à un tiers : agent immobilier, avocat, notaire. Ce tiers dans le contrat de vente privée devra conserver la somme jusqu’à la vente. Ou, en cas de difficulté, le maintenir dans l’attente d’un accord ou d’un jugement.

Cette allocation d’immobilisation, dont le montant est librement fixé sans dépasser 10 % du prix du bien, vise à assurer la gravité du candidat de l’acheteur et à compenser les dommages subis par le vendeur si l’acheteur renonce finalement à l’achat, à l’exclusion de l’application d’un condition suspensive.

Lors de la rédaction du contrat de vente entre particuliers, il est essentiel de négocier une telle compensation pour un montant suffisamment dissuasif pour assurer l’intérêt réel de l’acheteur.

Conditions suspensives

Les conditions suspensives permettent de renoncer à la vente si l’événement qu’ils prétendent ne pas se produire : par exemple, la condition d’obtenir le prêt de l’acheteur.

Avant de signer, il est essentiel d’inclure dans le contrat de vente privé toutes les conditions suspensives nécessaires. Les exemples les plus courants sont : l’obtention du prêt, l’absence de préférence de la propriété par le conseil municipal, l’absence de servitude, l’achèvement d’une vente préalable, l’obtention d’un permis de construire quand il s’agit de la vente de terrains… n’oubliez rien et évitez les interlocks, il est fortement recommandé de consulter un immobilier professionnel.

Annexes

Le contrat d’achat entre particuliers est complété par des annexes obligatoires : en son absence, la validité du contrat pourrait pour la remettre en question. Leur absence pourrait également entraîner le retrait de l’acheteur même après l’acceptation de l’offre d’achat.

La liste complète dépend de l’âge du bien, de sa nature et de sa situation géographique. Pour la plupart, il appartient au vendeur de communiquer :

  • Le dossier de diagnostic technique contenant le diagnostic de l’efficacité énergétique, l’état des dangers naturels et technologiques et la déclaration de risque d’exposition au plomb, à l’amiante et au radon,
  • la

  • certification de l’état de l’installation électrique, de gaz et le certificat de conformité de l’installation d’assainissement non collectif, par exemple, pour la vente d’une maison entre particuliers.

Dans le cas d’une convention de vente entre particuliers relativement à un lot de copropriétés, le vendeur doit fournir :

  • Le certificat de surface selon la loi Carrez ;
  • location résidentielle pour la vente d’un appartement loué ; Les
  • trois dernières minutes de l’assemblée générale ; La
  • réglementation de la copropriété et le statut descriptif de la division ;
  • La forme sommaire de la copropriété préparé par le fiduciaire regroupant les données financières et les aspects techniques de le bâtiment ;
  • Le dossier d’entretien du bâtiment, sauf si l’acheteur possède déjà au moins un lot dans la copropriété ;
  • Un « pré-état daté » qui comprend :
    • Le montant des dépenses courantes et le travail payé par le vendeur au cours des deux années comptables précédant la vente,
    • Lorsque les copropriétaires syndicat a un fonds fonctionne, le montant de la partie du fonds de travaux attaché au lot principal vendu et le montant de la dernière contribution au fonds payé par le copropriétaire, Les
    • sommes que l’acheteur est susceptible de devoir à l’union des copropriétaires, ainsi que ceux dont le vendeur serait débiteur du
    • syndicat, La situation générale des dépenses impayées au sein de l’union et la dette envers les fournisseurs.

Ces deux derniers documents ne doivent pas être fournis si votre propriété est située dans une petite copropriété de moins de 10 lots et dont le budget moyen pour les trois dernières années est inférieur à 15 000€.