Santé

Comment Oscillococcinum agit-il ?

Andy Lewis (@lecanardnoir) de Quackometer.net a annoncé à ma surprise :

Si la preuve et la rationalité ne mettent pas fin à l’homéopathie, alors la loi le fera. (Si la preuve et la raison ne peuvent pas mettre fin à l’homéopathie, la loi veut.)

A lire aussi : Comment calmer une pierre rénale ?

En ce qui concerne les preuves et le ratio, l’homéopathie a besoin de saucisse supplémentaire dans tous les sens si elle veut être considérée comme un médicament efficace. L’effet ne devrait pas être démontré par des méthodes conventionnelles, et pour expliquer le mécanisme d’action, il est nécessaire de rechercher une physique alternative telle que la « théorie quantique faible », qui échappe simplement à une vision objective. Pour adhérer à l’homéopathie, il faut d’abord croire. Lorsque la loi sur les produits pharmaceutiques a été adoptée en Allemagne dans les années 1970, les gens ont réfléchi aux critères d’efficacité et ont décidé que la « science exacte » n’est pas tout et d’autres moyens de savoir doivent également avoir leur place. Et ainsi vous faites cuire cette saucisse supplémentaire dans la loi (voir section ci-dessous).

Je pense que c’est différent au Royaume-Uni. Là, la communauté homéopathique est dans un état de troubles parce qu’elle ne reçoit pas de dérogation à la révision actuelle de la British Pharmaceuticals Act. Apparemment, cette refonte, qui devrait s’appliquer à partir du 1er juillet, arrêtera la commande de médicaments homéopathiques par téléphone ou par Internet. Après tout, il n’y a qu’environ 50 médicaments homéopathiques autorisés, et pour recevoir l’un des milliers de remèdes restants, une consultation personnelle d’un pharmacien ou d’un pharmacien est nécessaire. La seule issue pour 200.000 homéopathes et apparemment 6 millions de patients est de contacter personnellement l’un des cinq ( !) pharmacies d’homéopathie agréées au Royaume-Uni. Une pratique divergente permettrait non seulement aux pharmaciens d’être illégalement exhorter.

A lire également : Pourquoi se faire percer les tétons ?

Il est évident que cela signifierait une sorte de fin de l’homéopathie telle qu’elle existe aujourd’hui. La pseudomédecine est significativement définie par la recherche de la « bonne » préparation hautement individuelle. Il n’y a tout simplement rien d’elle si vous réduisez l’inventaire à seulement 50 fonds.

Andy Lewis a dit :

C’ est Game Over D’où la panique.

Un développement agréable et intéressant. Je suis curieux de savoir quels trucs le lobby homéopathe britannique va faire pour sortir du numéro.

Sources/Liens

  • Quackomètre : la fin de l’homéopathie
  • Quackomètre : Les homéopathes panique sur les nouvelles règles de médicaments
  • L’ homéopathie menacée suite à une nouvelle législation au Royaume-Uni, The Epoch Times, 27.06.2012

A quoi ressemble-t-il en Allemagne ?

Dans Allemagne, il y a cette saucisse supplémentaire mentionnée ci-dessus pour homéopathes et anthroposophères.

Ainsi, les médicaments homéopathiques doivent seulement être enregistrés pour être considérés comme un médicament. Bien sûr, l’agent ne doit plus contenir de substance active, comme c’est le cas dans les faibles puissances, car ceux-ci peuvent avoir des effets pharmacologiques. Les faibles puissances de substances nocives ont déjà été retirées du marché, car elles peuvent effectivement nuire à la santé.

Les médicaments homéopathiques n’ont pas besoin de démontrer aucun effet et aucun champ d’application :

Les médicaments à addition fine visés au paragraphe 1 sont notifiés à l’autorité compétente de la République fédérale dans un délai de six mois à compter du 1er janvier 1978, avec indication du nom des principes actifs par type et quantité ainsi que les indications. Dans l’indication des médicaments homéopathiques, la notification des indications peut être omise. (AMG §25/2)

C’ est pourquoi tout cela est ainsi, comment est maintenant malheureusement, vous pouvez trouver dans un document qui a été créé en préparation à la loi sur les médicaments :

De l’ avis unanime du Comité, le comité ne peut et ne doit pas être de la responsabilité du législateur, en définissant unilatéralement certaines méthodes de démonstration de l’efficacité d’un médicament, de placer l’un des régimes de traitement concurrents comme un état général contraignant traitement. « et d’établir ainsi la norme exclusive pour l’autorisation d’un médicament. Le Comité a été guidé par l’objectif politique consistant à refléter clairement le pluralisme scientifique en matière de pharmacothérapie. Si certains médicaments peuvent être objectivement démontrés par leur effet pharmacodynamique et donc leur efficacité thérapeutique, un nombre considérable de médicaments connus sont considérés comme relativement difficiles à objectiver leur efficacité car : utiliser les méthodes d’essai scientifiques disponibles aujourd’hui pour démontrer leurs effets avec difficulté ou pas du tout expérimentalement. Veiller à ce que, en plus des critères des sciences naturelles exactes, l’expérience parfois séculaire de méthodes de guérison spéciales (homéopathie, médecine anthroposophique et phytothérapie) soit reconnue pour la preuve de l’efficacité. (Document en préparation de la 2ème AMG du 24 août 1976, imprimés du Bundesstag 7/5091, page 6)

Triste, mais vrai : vous vous référez à de vieilles connaissances et revendiquez l’existence de « science alternative ». Le pluralisme scientifique est bien établi en médecine, appliqué à l’architecture ou à la physique nucléaire, l’absurdité devient apparente. Quelques erreurs et pseudo-arguments, j’essaie d’invalider dans ma « discussion aide médecine alternative ».